L'Affaire Petrocaribe Post Jovenel Moise: La Hausse du prix du...

400grenadiers Says...

L'Affaire Petrocaribe Post Jovenel Moise: La Hausse du prix du Carburant apres l'Attaque Russe Sur L;Ukraine

Lors que René Préval a prêté serment à la présidence haïtienne lors d'une cérémonie au Palais national d'Haïti le 14 mai 2006, il était soucieux d'apaiser les craintes à Washington de ne pas être un partenaire fiable.

« Il veut enterrer une fois pour toutes les soupçons en Haïti que les États-Unis se méfient de lui », a déclaré l'ambassadrice américaine Janet Sanderson dans un câble du 26 mars 2006. « Il cherche à améliorer son statut à l'échelle nationale et internationale avec une visite réussie aux États-Unis.

»
C'était si important que Préval « a décliné les invitations à visiter la France, Cuba et le Venezuela afin de visiter Washington en premier », a noté Sanderson.

« Preval a des liens personnels étroits avec Cuba, ayant reçu un traitement contre le cancer de la prostate là-bas, mais a souligné à l'ambassade qu'il gérerait les relations avec Cuba et le Venezuela uniquement pour le bénéfice du peuple haïtien, et non sur la base d'une affinité idéologique envers ces gouvernements.

»
Bientôt, cependant, il est devenu clair que la gestion des relations avec ces adversaires américains « uniquement pour le bénéfice du peuple haïtien » suffirait à mettre Préval dans les mauvaises grâces de Washington - en particulier en ce qui concerne la question sensible du pétrole.

Le meilleur des mondes de psychédéliques légalisés est déjà là
Immédiatement après sa cérémonie d'investiture, Préval a convoqué la presse dans une salle du Palais national, où il a signé un accord avec le vice-président vénézuélien José Vicente Rangel pour rejoindre l'alliance pétrolière caribéenne de Caracas, PetroCaribe.

Selon les termes de l'accord, Haïti achèterait du pétrole au Venezuela, ne payant que 60% à l'avance, le reste étant payable sur vingt-cinq ans à 1% d'intérêt.
Alors que la conférence de presse se poursuivait, à seulement un kilomètre du palais national, dans la baie de Port-au-Prince, était assis un pétrolier vénézuélien transportant 100 000 barils de diesel PetroCaribe et de carburant sans plomb.

L'accord pétrolier dramatique du jour de l'inauguration de Préval a obtenu des notes élevées de la part de nombreux Haïtiens, qui avaient manifesté contre les prix élevés du pétrole et le manque d'électricité.

Mais cela a inauguré une bataille géopolitique de plusieurs années entre Caracas, La Havane et Washington sur la façon dont le pétrole serait livré à Haïti et qui en bénéficierait.

Les révélations arrivent dans un trésor de 1 918 câbles mis à la disposition de l'hebdomadaire haïtien Haïti Liberté par le groupe de transparence WikiLeaks.

Dans le cadre d'une collaboration avec Haïti Liberté, The Nation publie des articles en anglais basés sur ces câbles.

Le département d'État n'a pas répondu à une demande de commentaires sur les divulgations contenues dans cet article.

Selon les câbles de l'ambassade américaine qui ont fuité, Washington et ses alliés, y compris les grandes compagnies pétrolières comme ExxonMobil et Chevron, ont man"uvré agressivement dans les coulisses pour saborder l'accord PetroCaribe.

Pour le gouvernement haïtien, le soutien pétrolier du Venezuela a été essentiel pour répondre aux besoins et aux services de base de 10 millions d'Haïtiens, assurer un approvisionnement garanti en pétrole à des prix stables et jeter les bases de l'indépendance énergétique d'Haïti vis-à-vis des États-Unis.

En outre, Haïti « économiserait 100 millions de dollars par an des retards de paiement », a noté l'ambassade dans un câble du 7 juillet 2006. Préval a affecté ces fonds aux hôpitaux, aux écoles et aux besoins d'urgence, tels que les secours en cas de catastrophe.

Mais l'ambassade des États-Unis s'est opposée à l'accord.

« Post [l'ambassade] continuera de faire pression sur Preval pour qu'elle rejoigne PetroCaribe », a écrit l'ambassadeur Sanderson dans un câble du 19 avril 2006. « L'ambassadeur verra le conseiller principal de Preval, Bob Manuel, aujourd'hui. Lors de réunions précédentes, il a reconnu nos préoccupations et est conscient qu'un accord avec Chavez nous causerait des problèmes. »
Dans un câble neuf jours plus tard, le 28 avril, Sanderson a reconnu que Préval subissait « une pression croissante pour produire des changements immédiats et tangibles dans la situation désespérée d'Haïti ».

Elle a également noté que « Preval a exprimé en privé un certain dédain envers Chavez avec Emboffs [fonctionnaires de l'ambassade]...

Néanmoins, la chance de marquer des points politiques [avec le peuple haïtien] et de générer des revenus qu'il peut contrôler lui-même s'est avérée une trop belle occasion à manquer.

»

Posted March 21 2022 at 6:40 PM

REPLY to this message

or start a NEW Topic